Envoyer à un ami Imprimer l'article {id_article}

Le Réseau de Veille sur la Commercialisation des Céréales

Opérateur : Sahel Solidarité 01 BP 372 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tel (226) 50 35 35 45 Fax (226) 50 35 33 28 saso@fasonet.bf


Pour un contrôle citoyen de l’action publique en matière de sécurité alimentaire


- Problématique
- 
Structuration
- 
Objectifs
- 
Démarche
- 
Activités
- 
Résultats
- 
Contacts
- 
Structures partenaires
- 
Images
- 
Documents en ligne
- 
Partenaires techniques et financiers






Le Réseau de veille sur la commercialisation des céréales contribue à l’élaboration d’une politique consensuelle dans ses domaines de compétence : la commercialisation, la transformation et la consommation des céréales. Actif depuis septembre 2005, il organise des concertations, met en place un système de suivi évaluation et envisage des acti- vités de lobbying ... Le Réseau de veille sur la commercialisation des céréales (RVCC) bénéficie du soutien de la Coopération Suisse.

PROBLEMATIQUE
Commercialisation non maîtrisée, consommateurs pénalisés

Au Burkina Faso, l’agriculture bute contre de multiples écueils (infertilité des terres, insécurité foncière, équipements aratoires désuets, etc.). Mais le secteur fait au moins l’objet d’une attention des autorités, dont ne bénéficient pas la commercialisation et la transformation. Or celles-ci conditionnent la sécurité alimentaire, un des objectifs prioritaires de l’Etat. Comment y parvenir dans un contexte marqué par la libéralisation de l’économie, la réduction de l’aide publique au développement et de nombreux autres défis ? Comment les producteurs ruraux s’adaptent-ils à ces mutations ? Quel équilibre trouver entre zones déficitaires et excédentaires suite aux crises répétitives que connaît le pays ? Le crédit, l’information, de meilleures conditions de stockage, la fluidité dans l’acheminement des produits, la transformation... peuvent-ils y concourir ? Les structures mises en place par l’Etat répondent-elles de façon satisfaisante aux besoins des usagers ? La politique de crédit permet-elle un réel décollage économique des agriculteurs ?

La réponse à ces défis préoccupe les organisations de la société civile et le gouvernement, chacun selon sa perspective. Pour parvenir à ses fins, l’Etat s’est doté, en 2000, d’un Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP). La réussite des programmes mis en oeuvre dépend fortement de l’engagement de la société civile, qui en manifeste la volonté, mais n’en a pas les moyens. En cause : Le manque criard de capacités des ONG, organisations paysannes, associations de femmes, etc. pour défendre leurs points de vue lors des rencontres cruciales destinées à définir les orientations du pays en matière de lutte contre la pauvreté. Outiller les organisations de la société civile pour leur permettre de bien documenter leurs positions, les faire valoir dans les domaines qui leur semblent prioritaires prend alors un caractère d’urgence.

La naissance du réseau de veille sur la commercialisation et la transformation des céréales (RVCC) découle de ces constats et de cette exigence de changement. Ce regroupement témoigne de la volonté de la société civile de mieux jouer son rôle aux côtés des autres acteurs en vue du respect des principes de bonne gouvernance, de démocratie et pour le développement du Burkina.

Sans un suivi et une évaluation permettant de suivre les succès mais aussi les échecs, il est difficile de tirer les enseignements pour améliorer les politiques et leur mise en oeuvre. Sur ce plan les acteurs de la société civile ont un rôle majeur à jouer :

- suivre les dotations, les affectations et l’efficacité des choix budgétaires dans le secteur de la commercialisation et de la transformation des céréales et la sécurité alimentaire ;

- fournir à partir d’une série d’indicateurs pertinents et jugés comme éléments déterminants pour eux, les progrès enregistrés du point de vue de la performance du secteur. A titre illustratif, l’examen du coût de transport des céréales locales et le degré de satisfaction par rapport à la qualité des travaux effectués permet respectivement de mesurer les effets de l’état des routes sur le coût du transport des céréales locales ou d’apprécier la qualité des travaux.Il en est de même pour les unités de transformation. Par exemple l’accroissement du résultat net d’exploitation des unités de transformation permet de suivre le niveau de rentabilité des unités de transformation impliquées dans la transformation des céréales lcoales. Haut de page

STRUCTURATION

transformation de céréales par les femmes

Vaste alliance

Le réseau, créé en 2004, compte en son sein des : - organisations de producteurs agricoles ;organisations inter professionnelles et professionnelles de transformateurs ;- organisations deconsommateurs ;- organisations detransporteurs ;- ONG

Le réseau compte aussi des membres d’institutions étatiques et sous régionales à titre consultatif.

Sahel Solidarité assure la coordination du réseau et un membre de la LCB assure la présidence.

Fournir des données de qualité aux organisations de la société civile pour influencer les politiques.

Instrument de renforcement de capacité des acteurs de la filière céréale , le RVCC e positionne comme une instance spécialisée dans la fourniture de données cohérentes, capables d’étayer les travaux des organisations de la société civile impliquées dans la commercialisation et la transforma- tion des céréales au moyen du plaidoyer.Le dispositif couvre trois régions : Boucle du Mouhoun Est, Sahel. Les enquêteurs ont été proposés par les structures membres du Réseau, à raison de deux personnes par structure et par province. Haut de page

OBJECTIFS

Etre bien outillés pour mieux influencer

Afin de rompre avec un passé caractérisé par des points de vue faiblement argumentés et une marginalisation mal vécue par ses membres, le RVCC se fixe trois objectifs majeurs :
- outiller les acteurs de la société civile impliqués dans la commercialisation et la transformation de céréales pour connaître et apprécier les choix budgétaires et leur incidence sur la commercialisation et la transformation des céréales ; - Faire du plaidoyer et du lobbying, afin que les orientations du Burkina en matière de commercialisation et de transformation de céréales soient les plus consensuelles et les plus adaptées possibles.
- fournir à partir d’indicateurs jugés pertinents par les organisations de la société civile (OSC) des informations pour mieux comprendre la dynamique du sous-secteur commercialisation et transformation ; Haut de page

DEMARCHE

La participation avant tout. De nombreuses organisations adoptent généralement l’approche participative pour remédier à la faible mobilisation suscitée par leur initiative ou lever d’autres types de contraintes. Aux antipodes d’une telle démarche, le RVCC voit le jour à l’issue d’une série de consultations entre les principaux porteurs du projet.

Des ateliers préparatoires permettent d’expliquer les enjeux, la démarche. Ils offrent aussi un cadre de discussion sur les questions essentielles à examiner et les indicateurs à retenir.

Analyser, décider, agir. La participation contribue à légitimer les positions défendues par le RVCC. Haut de page

ACTIVITES

Formation, information, lobbying

Afin d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, le RVCC mène une série d’activités. Elles concernent principalement le renforcement des capacités dans l’analyse budgétaire, la collecte et l’analyse des données relatives aux indicateurs, la communication et le lobbying.

L’analyse budgétaire

La formation ou l’échange d’expériences pour être plus pécis , porte sur le budget, le recueil et l’analyse de données, afin d’assurer la fiabilité des informations recueillies et étayer rigoureusement les positions défendues. L’analyse budgétaire est une étape importante dans le travail qu’entend mener le réseau : être infortmé des choix budgétaires ; être en mesure d’apprécier leur pertinence du point de vue des prirités de l’équité selon les perspectives des principaux acteurs impliqués dans la filière.

La collecte et l’analyse d’informations

La construction de positions bien documentées passe par la conduite d’études qualitatives mais aussi et surtout par la collecte de données quantitatives, inexistantes dans le domaine de la commercialisation et de la transformation. Même lorsqu’elles sont disponibles, elles ne recoupent pas toujours les préoccupations de la société civile. C’est pourquoi l’établissement d’une grille d’indicateurs pour suivre l’action de l’Etat dans le domaine de la commercialisation et la transformation de céréales s’impose. Les indicateurs s’intéressent à divers domaines au nombre desquels les appuis à la filière par les institutions de financement, la compétitivité des produits transformés par rapport aux produits importés (prix de revient et de vente), les prix des céréales, l’évolution de la situation alimentaire et nutritionnelle. Le RVCC, tout en possédant son propre système de collecte de données s’appuie sur l’existence d’autres sources d’informations (ministère de l’Agriculture, SIM, INSD...). L’ensemble de ces données alimente la base de données informatisée hébergée par l’association Sahel Solidarité. Les informations brutes ainsi collectées sont analysées et diffusées.

La communication, la lobbying et le paidoyer

Les résultats issus des analyses des données recueillies permettent de construire des positions et de les défendre. Le RVCC organise à cette fin des rencontres avec des autorités (membres du gouvernement, du Parlement, d’autres institutions nationales) pour faire connaître ses points de vue et recueillir des observations. Cette démarche apporte un autre éclairage aux pouvoirs publics. Ce qui leur permet de mieux orienter leurs prises de décisions dans l’intérêt du pays.

En plus des autorités, le réseau destine ses résultats aux chercheurs, au monde du développement, aux bailleurs de fonds, aux professionnels des médias, au grand public. Pour ce faire, il publie ses résultats dans les journaux, à la radio, la télévision et les met en ligne sur son site web. Haut de page

RESULTATS

Apprentissage, reconnaissance, reconnaissance ... Apprentissage Les membres acquièrent des aptitudes nouvelles en raison du professionnalisme du réseau.

Reconnaissance

Solidement documentées, les positions des OSC s’imposent y compris auprès des services étatiques.

Dialogue de politique

L’existance du réseau témoigne d’une évolution des pratiques des organisations d’appui. Ainsi les ONG qui faisaient de l’appui technique pour la production se rendent désormais compte que leur action peut être plus payante dans le dialogue des politiques.

Le réseau possède de nombreux atouts, au nombre desquels, l’existence d’organisations solides et expérimentées, l’expertise reconnue du groupe de conseillers consultants appuyant le réseau, la maîtrise de la gestion de la base de données informatisée, les résultats pilotes très encourageants, l’organisation de rencontres avec des institutions nationales/régionales et l’existence de produits : indicateurs, rapports ... Haut de page

Brillante participation à la revue du CSLP en 2007

Le RVCC a fait une sortie fortement apprécié lors de la revue du CSLP en 2007 avec son exposé sur les pistes rurales et la commercialisation de ccéréales

CONTACTS

Vous pouvez contacter le RVCC en vous adressant :

- Au Président du réseau

Daniel Da Hien, Vice Président de la Ligue des Consommateurs du Burkina

- A l’administrateur de la base de données, M. Abdoulaye Tapsoba, à l’adresse suivante :

01 BP 372 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tel (226) 50 35 35 45 Fax (226) 50 35 33 28 saso@fasonet.bf

Haut de page

STRUCTURES PARTENAIRES

Organisations de producteurs

FEPASSI :La fédération des producteurs agricoles de la Sissili est une organisation paysanne très dynamique dans la commercialisation des céréales au profit de ses membres. Elle participe activement à la défense des intérêts de ses adhérents et elle est un membre de la fédération nationale des organisations paysannes du Burkina.
UGCPA/BM l’Union des Groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la boucle du Mouhoun regroupe des adhérents qui acceptent la mise en marché groupée de leur production céréalière. Elle a su développer une stratégie de commercialisation basée sur la recherche de prix garantis au producteur.

Organisations Interprofesionneles et professionnelles

CICB Le Comité Interprofessionnel de la filière céréales et Niébé du Burkina est né en juillet 2003. Il regroupe en son sein les principaux acteurs des filières céréalières et niébé du Burkina (producteurs, transformateurs, transporteurs, etc.). Son objectif est de défendre les intérêts matériels et moraux de ses membres. Elle est responsabilisée pour la mise en œuvre du plan d’actions céréales.
OTRAF L’Organisation des Transporteurs Routiers du Faso est l’une des principales structures regroupant les professionnels du transport au Burkina. Elles mènent des actions significatives (défenses des intérêts, recherche de marchés notamment à travers la bourse de fret) pour ses membres dont l’action est déterminante dans la commercialisation des céréales
SNCC Le Syndicat National de Commerçants Céréaliers du Burkina regroupe les vendeurs de céréales qui participent activement à l’écoulement des excédents issus des bonnes campagnes de production. Quand le bilan céréalier est fortement excédentaire, ils assurent l’essentiel des exportations de production, ce qui leur confère un rôle d’alliers importants des producteurs céréaliers.

Transformateurs de céréales

ATCB l’Association des Transformateurs de Céréales du Burkina est une structure regroupant des professionnels et des promoteurs de la transformation des céréales locales. Elle est très active dans le domaine. Son expérience et son expertise lui valent d’importants marchés de produits céréaliers transformés tant au Burkina qu’à l’étranger grâce au dynamisme de ses membres.
Transformatrices membres du réseau Afrique Verte au Burkina . Elles bénéficient d’un partenariat avec Afrique Verte qui développe un programme de renforcement institutionnel et des capacités techniques et commerciales en vue d’un profession-nalisme accru. Ce réseau s’organise activement en vue de la conquête du marché urbain de Ouagadougou gagné par les importations massives de produits alimentaires et de céréales étrangères.

Organisations de consommateurs

LCB La Ligue des Consommateurs du Burkina regroupe des adhérents qui entendent défendre leurs intérêts dans le domaine des normes de qualité des produits alimentaires. En effet, l’ouverture des frontières et la libéralisation du marché attirent des produits de toute sorte sur le marché burkinabè : le consommateur se doit de contrôler la qualité des produits lis à la consommation, indépendamment des actions conduites par les institutions de contrôle qui manquent souvent de moyens pour réaliser leurs missions.

Structures de recherches et personnes ressources

SEDELAN Le Service d’édition en langue nationale est animé le Père Oudet Maurice. Au-delà de la production des manuels de formation, celui-ci s’engage résolument dans le débat sur les politiques agricoles en cours tant au Nord qu’au Sud. Les règles du commerce international et les accords de l’OMC sont ainsi traduits en langage accessibles aux non initiés afin qu’ils comprennent les enjeux de la mondialisation qui les concerne. Il est donc une personne ressource avertie sur les questions de commercialisation des céréales au Burkina.
TASIM AO est un projet du Centre d’Etude et de Recherche Economique et Social (CEDRES) de l’Université de Ouagadougou. Il a conjointement initié une recherche sur la commercialisation des produits agricoles vivriers au Burkina. Cette importante recherche a permis d’aboutir à des conclusions très intéressantes : les producteurs vivriers se tournent vers le marché en orientant leurs productions pour peu que les prix soient rémunérateurs. Cette recherche a permis de disposer d’informations importantes sur la commercialisation des céréales au Burkina.

Structures d’appui

Afrique Verte est une structure d’appui à la commercialisation des céréales par les Organisations Paysannes. Elle est spécialisée en particulier dans la mise en relation de l’offre et de la demande et favorise ainsi les transferts céréaliers de zones excédentaires vers celles déficitaires. Elles travaillent également au renforcement des capacités des OP en vue d’un professionnalisme plus affirmé
SAHEL SOLIDARITE est une ONG nationale qui travaille avec des groupements villageois à travers le pays. Elle initie de nombreuses activités tant dans le domaine des activités génératrices de revenus que celles visant le renforcement organisationnel et institutionnel de ces organisations de base.
FONADES La Fondation Nationale pour le Développement Economique et Social est l’une des premières ONG nationales du Burkina. Elle s’est distinguée par la création des premières banques de céréales au Burkina. Elle dispose d’une bonne expertise dans l’accompagnement des actions visant la recherche de la sécurité alimentaire auprès des groupements villageois affiliés.

Structure de conseil

GREFCO Est la structure chargée d’apporter de l’appui conseil au réseau. Elle n’est pas membre du réseau
mais joue un rôle important pour l’accompagnement du réseau en vue de l’atteinte de ses objectifs.

Haut de page

QUELQUES IMAGES

ateliers de travail 1 ateliers de travail 2

Haut de page

Documents en ligne

Documents joints

(172.3 ko)
Format : PDF

(1.4 Mo)
Format : PDF

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé par SPIP 2.1.26 | Squelette basé sur sandnyko | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © Faso DEV 2007 - 2017