Envoyer à un ami Imprimer l'article {id_article}

Le corps diplomatique au Président du Faso

Le corps diplomatique au Président du Faso

"Traduire les défis en actions en 2008"
Le Président du Faso
Le corps diplomatique au Burkina Faso, composé des organisations internationales, interafricaines et des missions diplomatiques a présenté ses vœux les meilleurs, mardi 8 janvier 2008 au palais de Ouaga 2000, au président du Faso, Blaise Compaoré. Bilan de l’année écoulée et perspectives pour 2008 ont constitué l’essentiel de cette rencontre solennelle.

Mardi 8 janvier 2008, cour de la Présidence du Faso à Ouaga 2000, palais de Kosyam. Ce fut le tour du corps diplomatique vivant au Burkina Faso (organisations internationales, interafricaines et missions diplomatiques) de présenter ses vœux de santé, de bonheur et de succès au président du Faso, Blaise Compaoré et au peuple burkinabè. A cette occasion, les uns et les autres se sont mis à la hauteur de l’évènement. Ainsi, ils ont rivalisé de costumes, bazins, babouches, foulards... Les véhicules n’étaient pas en reste ! A 10 h, tout était en place pour le début de la cérémonie. Et le corps diplomatique de procéder à la présentation de ses vœux à Blaise Compaoré tout en saisissant l’opportunité pour dresser le bilan de l’année écoulée. L’ensemble des membres du corps diplomatique (organisations internationales, interafricaines et missions diplomatiques) a salué les qualités et les mérites du Président du Faso dans les médiations et la recherche de la paix. "Permettez-moi de souligner vos mérites personnels en matière de médiation et de facilitation dans la promotion de la paix en Afrique, notamment au Togo et en Côte d’Ivoire", a mentionné le représentant des organisations internationales, coordonnateur résident par intérim du système des Nations unies au Burkina Faso, le docteur Baba Moussa. Les diplomates ont également félicité le Président du Faso pour l’élection du Burkina Faso comme membre non permanent du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies. "Dans un contexte d’inégalités sociales et économiques, de menaces de crises et de défis, l’ONU ne peut agir utilement que si elle est un instrument efficace au service des Etats membres", a relevé le docteur Baba Moussa. Selon lui, seule l’unification des actions de l’ONU peut permettre à l’organisation d’être efficace. Raison pour laquelle il a loué l’œuvre du Burkina Faso qui a "su créer les conditions favorables pour que les institutions du système des Nations unies renforcent leur coordination dans le pays et parlent d’une même voix..."

Des pas importants franchis en 2007

Selon le représentant des organisations internationales au Burkina Faso, des acquis ont été enregistrés en 2007 et le bilan dressé par le Président du Faso dans son message à la Nation est très significatif et porteur d’espoir. Le docteur Baba Moussa a souligné que le message du Président du Faso à la Nation leur permet de retenir comme défis de 2008 "les domaines de la gouvernance, de l’éducation, de la santé, de la formation, de l’emploi des jeunes, de la sécurité, du renforcement des capacités, de la production économique, etc.". Au nom du système des Nations unies, le docteur Baba Moussa a exprimé leur engagement à traduire ces défis en actions collectives car "ces défis sont importants pour garantir la justice sociale, la paix, la démocratie et le développement". Le représentant des organisations interafricaines, Yarcé Boukary Pafadnam a, quant à, lui retenu les actions du Président du Faso pour le développement du Burkina Faso et son œuvre pour l’intégration entre les peuples. "Vous ne ménagez aucun effort pour rappeler que le développement durable des peuples africains passe par le renforcement de la citoyenneté responsable, la tolérance, la liberté d’expression, la décentralisation, le dialogue social et politique, la bonne gouvernance", a indiqué M. Pafadnam. Pour le représentant de l’ASECNA au Burkina Faso, les institutions interafricaines ayant leur siège ou leur représentation au Burkina Faso ont pu, grâce à la stabilité, au climat de paix et de sérénité contribuer significativement à l’objectif d’intégration régionale des hommes et des économies. Le doyen des missions diplomatiques, l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Burkina Faso, Richard Kodjo a souligné que l’année 2007 a été celle de la consécration du Président du Faso. "Votre rôle dans la résolution des conflits est déterminant et décisif (...) Gageons que le processus de sortie de crise que vous conduisez en Côte d’Ivoire aboutira à des élections générales et à une sortie de crise définitive", a souhaité Richard Kodjo. Selon le diplomate ivoirien, la bonne gouvernance n’est pas un vain mot au Burkina Faso car malgré tout, la population est libre de s’exprimer. "Que le rayonnement du Burkina Faso s’accroît sous votre direction en 2008", tel est le vœu du doyen du corps diplomatique à Blaise Compaoré.

Poursuivre la politique du développement solidaire

Le président du Faso, Blaise Compaoré s’est dit sensible aux vœux de bonheur du corps diplomatique à son endroit et à celui du peuple burkinabè. En retour, il a formulé des vœux de santé, de succès et de bonheur aux membres du corps diplomatique et à leurs dirigeants. Le Président du Faso a promis d’œuvrer dans le sens du développement solidaire du Burkina Faso. Il a cité comme réformes entamées, celle du système éducatif et la baisse du coût des antiretroviraux.

"Pour consolider les processus démocratiques et préserver l’équilibre de la sous-région, il faut enraciner la culture de la médiation", a relevé le Président du Faso. Il a invité la communauté internationale à soutenir la Côte d’Ivoire dans son processus de sortie de crise. Les conflits et crises au Kenya, en Guinée, en Somalie constituent également des préoccupations pour le Président du Faso. Il a confié que le prochain sommet de l’Union africaine se penchera sur la recherche de la paix et de l’unité africaine. Le Moyen-Orient n’a pas été oublié. Blaise Compaoré a appelé à la création d’un Etat palestinien viable. Il a rappelé qu’il est urgent de mettre fin au chaos en Irak. Les inondations et autres difficultés climatiques vécues par le Burkina Faso ont amené Blaise Compaoré à inviter la communauté internationale à être attentive aux changements climatiques. En 2008, la prévention des conflits, la recherche de la paix, la mise à disposition des Nations unies d’hommes pour le maintien de la paix font partie des grandes actions du mandat du Burkina Faso au Conseil de sécurité de l’ONU, selon Blaise Compaoré.

Ali TRAORE traore_ali2005@yahoo.fr

SIDWAYA.bf

Répondre à cet article
 
Propulsé par SPIP 2.1.26 | Squelette basé sur sandnyko | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © Faso DEV 2007 - 2017