Envoyer à un ami Imprimer l'article {id_article}

Les diplomates au centre écotouristique de Bagré : Mieux vendre l’image du Burkina Faso

Le ministre de la Culture, du Tourisme et de la Communication, Filippe Savadogo, a rencontré, le samedi 1er août 2009, à Bagré les ambassadeurs et consuls généraux du Burkina. Avec les ambassadeurs et consuls de notre pays réunis pour la circonstance au centre écotouristique, il a été question de "la promotion extérieure de la culture et du tourisme burkinabè".

Le cadre de la rencontre n’a certainement pas été choisi au hasard. Mieux, les ambassadeurs et les consuls du Burkina à l’étranger ont passé la nuit au Centre écotouristique (CET) que tous ont trouvé magnifique même s’ils souhaitent voir quelques améliorations apportées à l’infrastructure pour le bonheur des touristes qui viendront dans les prochains mois à Bagré et plus précisément au CET.

Le séjour des ambassadeurs et des consuls généraux aura donc permis de tester les capacités d’accueil du CET avant son transfert au concessionnaire professionnel privé qui sera retenu par appel d’offres pour sa gérance. Dernier-né des infrastructures hôtelières de notre pays, le CET était donc le lieu indiqué pour évoquer la promotion culturelle et touristique de notre pays à l’étranger. Salle de conférences décorée avec des posters des ruines de Loropéni nouvellement inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, le ministère de la Culture, du Tourisme et de la Communication n’a pas voulu se contenter que de paroles pour convaincre davantage, s’il en était besoin, nos ambassadeurs et consuls sur les dispositions prises pour la promotion touristique et culturelle de notre pays. Ceci explique sans doute également les brochures et autres documents distribués aux ambassadeurs et consuls généraux du Burkina.

"Le processus de dynamisation du secteur, lancé depuis quelques années, a abouti en novembre 2008 à l’adoption de deux documents cadres de politiques nationales de la culture et du tourisme. Ces deux politiques s’inscrivent dans la prospective Burkina 2025 tout en s’inspirant du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté. S’agissant de la politique nationale du tourisme, elle vise à propulser le tourisme national sur la scène continentale et internationale en mettant l’accent sur les valeurs culturelles et la créativité des acteurs en vue de l’épanouissement économique et social des populations", indique le ministre Filippe Savadogo. Quant à la politique nationale de la culture, le ministre Savadogo précise que son but est de mettre en œuvre "une dynamique de développement culturel fondée sur les valeurs culturelles communes aux Burkinabè".

Outre ce cadre normatif favorable, la promotion culturelle et touristique de notre pays à l’étranger pourrait s’appuyer sur la position géographique favorable du Burkina et sa bonne image au niveau international. Le pays dispose également d’un parc hôtelier de plus de 185 établissements et une cinquantaine d’agences de voyage. Au plan touristique, rappelle Filippe Savadogo, les attractions ne manquent pas non plus. Il cite volontiers la richesse architecturale, la diversité ethnique, les ruines de Loropéni désormais classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, les musées, etc. Au plan culturel, le ministère en charge de ce secteur compte sur la perpétuation des nombreux usages, valeurs et pratiques comme ceux de l’accueil et de l’hospitalité ainsi que les manifestations culturelles internationales (SIAO, FESPACO, SNC, SITHO, FITMO, Jazz à Ouaga, etc.,) pour un plus grand rayonnement culturel de notre pays à l’international.

Promouvoir les trois "S"

Le ministre Savadogo recommande aux ambassadeurs et consuls généraux du Burkina de contribuer fortement à la promotion culturelle et touristique de notre pays à l’extérieur. Il attend d’eux notamment un soutien dans la recherche de financement pour le secteur culture, tourisme et communication. Il espère aussi que nos représentations diplomatiques et consulaires pourront faciliter la participation de notre pays aux festivals et manifestations culturelles organisés çà et là dans le monde.

Il souhaite par ailleurs que ces représentations contribuent davantage à convaincre les fabricants de voyages en vue de la programmation du Burkina comme destination. Bref, c’est à l’organisation de diverses activités pour accroître la notoriété de la destination Burkina que le ministre Savadogo appelle. Les journées culturelles, les journées portes ouvertes, la dégustation de mets, la diffusion d’images et de films du Burkina, les rencontres avec les professionnels, sont autant de pistes que Filippe Savadogo a explorées avec les ambassadeurs et consuls généraux. Il leur a notamment recommandé la promotion des trois "S" pour vendre la destination Burkina. Il s’agit du sourire, du soleil et du safari.

"Notre pays abrite 5000 éléphants sur les 7000 que compte l’Afrique de l’Ouest. C’est 80% de l’effectif de cet animal prisé par le tourisme de vision. Nous avons aussi plus de 4000 manifestations culturelles. Nous sommes à 5h 00 de l’Europe à vol d’oiseau. Nous avons du soleil et des sourires. Nous pouvons faire mieux que nos 350 000 touristes accueillis chaque année. Notre objectif est de passer à 500 000 touristes par an d’ici trois ans pour atteindre le cap d’un million de touristes à l’horizon 2015. Avec votre soutien, on y arrivera", a souligné, M. Filippe Savadogo. Les ambassadeurs et consuls généraux ont félicité et encouragé le département en charge de la Culture et du Tourisme pour le dynamisme constaté dans le secteur et promis leur aide pour la promotion de ce secteur à l’extérieur.

Pour cela, ils sollicitent des supports de promotion et l’ouverture de service de promotion touristique et culturelle dans leurs représentations". Pour l’ouverture des services de promotion culturelle et touristique, nous allons demander au ministre de la Culture, du Tourisme et de la Communication de prendre en charge le budget de ces services pendant 4 à 5 ans le temps de nous permettre de prendre le relais", souligne le chef de la diplomatie burkinabè, Alain Bédouma Yoda. Il dit en outre sa disponibilité à œuvrer avec toutes les représentations pour trouver des financements et des bourses de formation pour accroître les capacités du ministère. Il demande pour cela au département de la Culture, du Tourisme et de la Communication de rédiger des projets et requêtes qui serviront de base à la recherche des moyens. Les ambassadeurs et consuls ont en outre formulé des suggestions pour plus de visibilité de notre pays à l’extérieur.

Ils aimeraient de ce fait voir la couverture télévisuelle satellitaire de notre pays améliorée pour permettre à toutes les représentations de s’informer mieux sur le pays. Le ministre Savadogo, tout en remerciant les ambassadeurs et consuls pour leur disponibilité, a promis de renforcer les capacités organisationnelles de tous les acteurs du domaine pour les conformer avec les normes internationales. Il a enfin annoncé l’organisation d’une exposition photographique itinérante sur les ruines de Loropéni à l’intention de toutes nos représentations diplomatiques et consulaires à l’étranger. Son département tient enfin à leur disposition des fichiers d’images qui pourraient les aider dans leur travail.

Victorien A. SAWADOGO

Sidwaya

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé par SPIP 2.1.26 | Squelette basé sur sandnyko | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © Faso DEV 2007 - 2017