Envoyer à un ami Imprimer l'article {id_article}

Les professionnels céréaliers de l’Afrique de l’Ouest pour la levée des contraintes

Le projet régional Agribusiness and Trade Promotion (ATP) et le Comité interprofessionnel des céréales du Burkina (CIC-B) réunissent, à partir du lundi 8 juin jusqu’au vendredi 12 juin 2009, les professionnels céréaliers de l’Afrique de l’Ouest à Ouagadougou au cours d’une première rencontre régionale d’échanges et de partenariat. L’objectif est de renforcer les capacités des participants sur le plaidoyer/lobbying en agribusiness.

Le Comité interprofessionnel des céréales du Burkina (CIC-B) a inscrit dans son plan d’action la mise en œuvre d’actions de concertations avec les autres acteurs de la chaîne de valeurs maïs de la sous-région en vue de trouver des solutions régionales à la problématique de la commercialisation du maïs et des autres céréales.

C’est dans ce contexte que le CIC-B a élaboré une proposition auprès du projet régional Agribusiness and Trade Promotion pour l’organisation d’une rencontre régionale de concertation et de partenariat entre les professionnels céréaliers de l’Afrique de l’Ouest.

Prévue sous le thème « Vers un plaidoyer commun pour la levée des contraintes liées à la commercialisation du maïs au niveau régional : enjeux et défis », cette rencontre vise à poser les bases d’un travail qui doit aboutir plus tard à la mise en place d’une dynamique régionale de concertation et d’action pour un véritable développement de la chaîne de valeurs maïs et la dynamisation de sa commercialisation dans la région.

Les participants viendront du Burkina Faso, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger et du Togo. La formation est assurée par BBO, une agence spécialisée dans le domaine du plaidoyer et lobbying.

Cette première rencontre d’échange et de partenariat vise à renforcer les capacités des participants sur le plaidoyer et le lobbying en agribusiness. L’atelier vise aussi à créer un consensus et un engagement collectif entre les différents acteurs (producteurs, importateurs, exportateurs, transformateurs, etc.) pour la formulation et l’exécution d’un programme commun de plaidoyer autour d’une problématique majeure partagée liées à la commercialisation du maïs au niveau régional.

La rencontre de Ouagadougou entend aider ainsi les participants à élaborer une stratégie et un plan de plaidoyer sur une problématique de commercialisation du maïs à l’échelle régionale. Enfin, elle va permettre de stimuler le partage d’expériences et la connaissance mutuelle des professionnels céréaliers de l’Afrique de l’Ouest tout en contribuant au renforcement du partenariat entre le projet ATP et les professionnels céréaliers.

Si le CIC-B travaille beaucoup sur le maïs, le sorgho, le mil et le niébé sur lesquels repose son plan d’action, ATP se concentre sur le maïs et en a fait une étude sur la chaîne de valeurs.

C’est dire que le projet ATP et le CIC-B partagent la même vision. Ainsi, ATP accompagne le CIC-B pour la mise en œuvre de l’étude sur la chaîne de valeur qui comporte plusieurs activités tels l’appui-conseil, l’appui à la transformation et la promotion des produits transformés, le lobbying, le plaidoyer sur la commercialisation aux niveaux national, régional.

Plusieurs résultats sont attendus de l’atelier :

- les capacités de plaidoyer des participants seront renforcés ;
- les participants vont identifiés une problématique majeure qui fera l’objet d’un programme commun de plaidoyer au niveau régional -les différents acteurs participants (producteurs, importateurs, exportateurs, transformateurs) s’engageront pour la mise en œuvre d’un programme commun de plaidoyer autour d’une problématique majeure partagée ;
- les participants élaboreront une stratégie et un plan de plaidoyer pour résoudre la problématique identifiée ;
- le partenariat entre les acteurs céréaliers de la région se renforcera ;
- le partenariat entre les acteurs céréaliers participants et le projet ATP se renforcera.

En rappel, ATP est un projet régional dont l’objectif principal est d’augmenter la valeur et le volume du commerce intra régional des produits agricoles en vue de réaliser l’objectif de 6 % de croissance agricole annuelle telle que défini dans le cadre du Programme général de développement agricole de l’Afrique (CAADP) du NEPAD. Pour cela, ATP a identifié trois principales chaînes de valeurs qui offrent d’importantes potentialités à court et moyen terme pour le commerce intra régional en Afrique de l’Ouest. Il s’agit du bétail ruminant/viande, des céréales (notamment maïs) et de l’oignon/échalote.

Le projet ATP est financé par le gouvernement américain à travers l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) à hauteur de 16, 9 millions de dollars US pour une durée de quatre ans. Les activités du projet couvrent le Burkina Faso, le Niger, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Bénin et le Togo.

Quant au CIC-B, c’est une association interprofessionnelle à but non lucratif, apolitique et non confessionnelle.

Il est une instance d’orientation, d’information, de décision, de coordination et d’évaluation pour les différents acteurs impliqués dans la filière et dans le plan d’action céréales (PAC) dont la première phase 2004-2007 a un montant d’environ 2,1 milliards de F CFA.

Créé en 2003 par les représentants des opérateurs économiques de la filière lors de leur assemblée générale constitutive à Bobo-Dioulasso, le CIC-B est composé de cinq (05) collèges qui sont : les producteurs, les commerçants, les transformateurs, les transporteurs et les sociétés privées, treize (13) Comités interprofessionnels (CIRC) dans les régions agricoles du Burkina Faso.

Pour exercer ses fonctions, le CIC-B s’est doté des organes suivants : l’assemblée générale, le conseil d’administration, le comité exécutif et la commission de contrôle. Plusieurs résultats sont attendus du projet ATP et du CIC-B.

1-Les résultats attendus du projet ATP :

- réduction notable de l’incidence des barrières physiques et politiques au transport des produits et sous-produits dans la région ouest africaine ;
- renforcement des relations entre les producteurs agricoles et les fournisseurs d’intrants agricoles, les transformateurs de produits agricoles et leurs distributeurs ;

- plaidoyer plus efficace du secteur privé et d’autres acteurs non-gouvernementaux pour les politiques régionales et nationales qui font la promotion d’un environnement favorable à l’accroissement du commerce régional de produits agricoles ;
- renforcement de l’efficacité des transactions commerciales et de l’accès au marché régional, notamment à travers l’amélioration des systèmes d’information du marché régional.

2 -Les résultats attendus du CIC-B :

Le PAC vise à augmenter la performance économique et financière de la filière céréalière afin de participer de manière durable à la sécurité alimentaire. Il porte sur :
- les mécanismes de financement de la filière ;
- l’information et la communication répondant aux besoins des opérateurs économiques ;-les normes et standards de qualité des produits primaires et transformés ;
- le soutien des intérêts de la filière du Burkina Faso au niveau de la sécurité alimentaire sous-régionale ;
- le recentrage des structures étatiques sur des actions portant sur l’amélioration de l’environnement de la filière (législation, politique de commerce, services publics, information, infrastructures) ;
- le renforcement des capacités organisationnelle et technique des opérateurs économiques de la filière ;
- le développement d’une structure interprofessionnelle de concertation des opérateurs économiques avec des instances gouvernementales, sous-régionales et les partenaires au développement

ATP (Service Communication)

http://www.sidwaya.bf/eco-dev_2.htm

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé par SPIP 2.1.26 | Squelette basé sur sandnyko | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © Faso DEV 2007 - 2017