Envoyer à un ami Imprimer l'article {id_article}

Raam : La qualité et l’hygiène en sus

Boire du dolo, la fameuse bière de sorgho ; 100% naturel, sans conservateurs ni colorant ni arôme, est désormais possible depuis que l’Unité de maltage de Ouidtinga (UMAO), située au secteur 30 de Ouagadougou, a opté de mettre à la disposition des consommateurs un breuvage très sain et de qualité. Le samedi 25 juillet 2009, nous y avons effectué le déplacement pour nous en convaincre. Les installations, d’une modernité irréfutable, produisent de l’élixir pour le bonheur des consommateurs d’ici et d’ailleurs.

L’UMAO produit du malt de céréales locales pour la bière moderne et traditionnelle depuis juillet 1999, de la bière traditionnelle (le dolo), et le moût (dolo doux ou non fermenté : ran noodo) depuis 2003. La promotrice, Edith Bougouma, avant de se lancer dans cette activité où elle fait ses preuves a d’abord travaillé dans la recherche agricole. Le dolo à l’UMAO, commercialisé sous le nom « Raam », est fabriqué avec le sorgho malté par la section maltage de l’Unité pour contrôler ainsi la qualité sur toute la chaîne.

Selon les explications de Mme Bougouma, ce sont des procédés optimisés de maltage et de brassage qui sont utilisés pour la fabrication du sorgho malté et de dolo, acquis grâce à un partenariat avec la recherche dans un projet sous- régional de 3 ans qui a permis aux partenaires du projet, à des dolotières et malteuses de la ville de Ouagadougou de bénéficier de formations à ces procédés optimisés.

Le malt du procédé optimisé de maltage permet d’obtenir plus de dolo que le malt qu’on trouve ordinairement sur le marché et produit par les femmes individuellement ou en association. Des installations modernes et adaptées (salles de germination isolées et protégées, bacs carrelés, disponibilité d’eau de bonne qualité, etc.), la mise en œuvre de bonnes pratiques de fabrication et d’hygiène, les contrôles de paramètres comme l’humidité, la température… permettent d’avoir un malt de sorgho de qualité, bonne et constante.

« Raam, la modernité de nos traditions », est 100 % naturel, digeste et sans conservateur, se conserve plusieurs mois à température ambiante. La particularité de la bière de sorgho brassée à l’UMAO depuis 2003 se situe, de l’avis de la responsable, au niveau de la qualité.

Un souci constant de la santé et de la satisfaction des consommateurs

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à ce facteur. L’UMAO se soucie donc de prendre en compte la santé des populations et met en œuvre les bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication, ce qui donne un produit sain et de qualité, qui ne cause aucun bobo chez les consommateurs. Des analyses et des autocontrôles en interne sont effectués, et de temps en temps des échantillons de produits sont confiés à des laboratoires externes de la place.

Les clients de l’Unité concernant les malts sont naturellement les dolotières, les brasseries de bière moderne ou traditionnelle de la zone UEMOA. L’Unité a aussi vendu son malt en France et les fabricants de farine infantiles, compte tenu de la qualité de ses produits, peuvent aussi l’incorporer à leur production.

L’atelier de maltage a une capacité d’une tonne et demie de malt par semaine. Pour le brassage, 2 000 litres de boisson sont produits par semaine également. En tout, cinq employés permanents y travaillent. Un nombre qui s’explique par le fait que toutes les opérations qui font appel à la main d’œuvre ont été mécanisées.

Un produit disponible dans les grandes surfaces

L’usine pour le moment, foi de Mme Bougouma, n’a pas de difficultés pour satisfaire la demande de sa clientèle. Elle envisage même d’agrandir sa capacité pour faire éventuellement face aux sollicitations. Tous les produits de l’UMAO sont disponibles au niveau de sa boutique : « La maison du dolo », ouverte en mai 2009 dans les locaux du complexe WATAM sis à Gounghin, et aussi dans les supermarchés.

Le Raam est distribué en bidon de 50 cl à 375 francs cfa, et en bidon d’un litre à 600 francs cfa. On peut aussi se le procurer en baril de 40 litres au prix de 10 000 francs cfa. La collaboration avec les dolotières, souligne le responsable technique et de la commercialisation, Stéphane Bougouma, se fait à travers la fourniture de la matière première, le malt de sorgho, au prix du marché.

A terme, les responsables de l’UMAO entendent continuer le renforcement de leur capital équipement en vue d’agrandir la société. En attendant, les consommateurs du Raam sont invités à se rendre massivement sur l’avenue Mogho-Naaba- Baongo (Complexe WATAM Gounghin), pour « Plonger au cœur du dolo » et découvrir « La modernité de nos traditions ».

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur Paalga

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé par SPIP 2.1.26 | Squelette basé sur sandnyko | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © Faso DEV 2007 - 2017